Les brunos :
briquettes élémentaires de l'univers



Par l'étude du vortex électromagnétiques créateur de matière, Jean-Claude Villame nous entraîne à la découverte de la dynamique interne des constituants intimes de la matière, en démontrant leur filiation commune. Il s'agit d'une explication naturelle de la constitution du vivant à partir de la monade de matière énergie.

Jean- Claude Villame nous entraîne à la découverte de la dynamique interne et de la structure fine des électrinos, photons, électrons, des protons, atomes, neutrons, puis des éléments, molécules et cellules, en démontrant leur filiation commune.

S’agissant d’une démystification totale de leur composition et de leurs transmutations réciproques, il nous livre une explication naturelle de la constitution du vivant à partir de la monade de matièreénergie. A partir d’une amorce centrale dont la première monade est au centre de la sphère atomique, 0,86 Yotta monades de matière/énergie électrique s’enroulent suivant une spirale logarithmique en 22 spires sphériques, de plus en plus composites et de plus en plus épaisses. Chaque ‘spire’ s’empile de façon continue en couche pseudo ‘concentrique’.

A l’image d’un tourbillon ou cyclone, d’une ammonite ou d’un jeu de l’oie... mais dans un volume sphérique. D’une spire à la suivante, en partant de l’amorce centrale, le nombre d’agrégats (amas corpusculaires sphériques) est multiplié par le coefficient : embrassades + 1 (l’objet central embrassé).

Cette incrémentation de base, régulière et continue, correspond à la moyenne statistique issue des résultats expérimentaux les plus précis obtenus par la physique nucléaire depuis un siècle et demi. Elle est spécifique au vortex électronique - protonique constituant le tronc commun du vortex atomique.

La complexité du phénomène corpusculaire dans le vortex composite (spirale et quasi sphérique de couche en couche) ne peut s’étudier qu’en mode statistique. Ainsi pour les quatre premières couches ‘sphériques / spiralées’ s’empilant à partir de l’amorce centrale, le dénombrement (statistique) de leur population s’évalue réciproquement de la façon suivante.

La couche spirale A comprend :
- Les couches spiralées des agrégats subatomiques et atomiques.
12,2453 brunos.

- La couche spirale B comprend :
(1 x 12,245) + (11,245 x 12,245) = 12,245 x 12,245 = 149,947 brunos.
- La couche spirale C comprend :
149,947 + (11,245 x 147,947) = 12,245 x (12,245)2 = 1836,149 brunos.

Et ainsi de suite, soit : population de la spire sphérique d’indice (n) = [valeur de la base] (n) ; correspondant au nombre de egb +/- (n) o 12,2452987 n.

Au niveau n = 19 correspond la couche spirale S, le vortex concentre 4,692 1020 brunos (egb +/-) *note 3 ; ce qui constitue le contenu de matière/ énergie électrique d’un électron.

Au niveau n = 22 correspond la couche spirale V, le vortex concentre 8,616411 1023 brunos (egb +/-) ; ce qui constitue le contenu de matière/énergie électrique d’un proton. Tous les amas sont plus ou moins mobiles, tous sont en interaction électromagnétique mutuelle, et la force d’agrégation globale rapportée au barycentre est proportionnelle au nombre total de brunos.

*note 4
* * L’atome ‘théorique’ de Bohr se constitue sur la périphérie extérieure du niveau 22 :“ amas V “.

En effet dès qu’un agrégat - amas équivalent à l’électron se présente au seuil du niveau 23 -amas W-, cet amas S, gravitant à la périphérie extérieure du vortex protonique, forme avec le proton, l’atome de Bohr. [L’amas électronique, formé dès le niveau 19 (amas S), se retrouve à tous les niveaux supérieurs en plus grande quantité, variant exponentiellement ; comme cela est le cas pour tous les amas.]

**Un deuxième agrégat électronique (identique au précédent) permet la transmutation de l’atome de Bohr en un premier élément naturel de la ‘matière ordinaire’ : l’atome d’hydrogène (H1, qui comporte donc 2 électrons.
**Un troisième agrégat électronique (identique aux deux précédents) permet la transmutation de l’atome d’hydrogène (H1) en un neutron, qui comporte donc 3 électrons. Pour seulement trois électrons supplémentaires, la transformation / transmutation du proton en atome (Bohr ou H1 ou neutronique) s’effectue à la périphérie extérieure du niveau V (niveau 22).

C’est-à-dire : sur une légère extension de ce niveau, juste après la frontière avec le niveau 23, en constitution. Cette description du vortex protonique / atomique est la justification théorique des valeurs de masse et d’énergie mesurées pour le proton, le neutron et l’atome d’hydrogène, dans tous les laboratoires mondiaux.

L’électron, amas composite (S.6d) et le proton, amas composite supérieur (V.7d) sont constitués des mêmes sous amas comme il vient d’être montré.

Cet article est extrait du numéro 46

Articles sur le même sujet pouvant vous intéresser :
Les moutons remplacent les pesticites
Plus chaud que cent soleils
Tour solaire : qui dit mieux
Variations climatiques et déclin...
L'énergie viendra du large
Sommaire des numéros