H2o et vigipirate,
et toujours plus de
chlore dans le robinet...



Faut-il, pour se prémunir d'attentats biologiques : toxines bactériennes, botulisme, etc. chlorer en permanence des eaux de qualité jusqu'ici réputées potables sans traitement ? C'est le crédo du plan vigipirate, il est très discutables.

Les eaux dites “de ville”, disponibles grâce aux réseaux, dont d’origines diverses puits artésiens (rares, mais quelle eau !), eaux de sources ou de retenues en montagne, mais aussi eaux de récupération des fleuves et rivières en zones urbaines. Certaines de ces eaux, très pures, ne nécessitent pas de traitementchimique ou biologique.

Alors que d’autres, chargées en effluents très divers, doivent être filtrées, puis traitées à façon pour les r e n d r e “potables”. Et puis est arrivé le plan Vigipirate... et soudain notre sécurité, à défaut de notre santé, s’est rangée sous la protection du dieu chlore. Car les services de renseignements... forcément bien renseignés, ont dès 2001 porté témoignage des dangers que pouvait constituer l’eau potable, vecteur idéal de dissémination de germes ou de toxines, botulinique en tête. Alors on a demandé aux biochimistes quelle pourrait être la parade à une telle menace... le verdict unanyme a
été : le chlore.

Pour deux raisons D’une part, une dose minimale de chlore, même parfaitement inutile lorsque les eaux sont de qualité, peut servir de “premier front” face à une pollution malveillante, soit en tuant les bactéries vivantes, soit en oxydant des molécules actives comme les toxines microbiennes.
D’autre part en servant de système d’alerte : en effet, ne sachant pas d’avance quel type de toxine sera utilisé, on peut éviter de mettre en service des batteries de tests nombreux et aléatoires, alors qu’il est bien plus simple de mesurer l’évolution du taux de chlore... si ce taux diminue d’un coup, c’est que l’action oxydante a eu quelques microbes ou protéines à se mettre sous la dent !
Et alors il faut vite en rajouter ! Les oxydants chlorés ont été préférés à un autre oxydant redoutable : l’ozone. Car celle-ci, très active localement et au moment du traitement perd très vite de son activité. Quelques heures, ou quelques kilomètres de canalisations.

On l’utilise donc plutôt sur des lieux de consommation. Restent alors les composés chlorés. Eux ont une bonne rémanence. Trop bonne, même, comme nous allons le voir. Le législateur français a déterminé un cadre de chloration très précis : il faut maintenir une concentration minimale en chlore libre de 0,3 mg/litre en sortie de réservoirs, afin d’obtenir la concentration de 0,1 mg/litre en tout point du réseau de distribution. Ou bien des concentrations respectives de 0,15 mg/litre de bioxyde de chlore en sortie de réservoir, pour 0,05 mg/litre en tout point du réseau.

Et c’est ainsi que des dizaines de communes, parfois importantes, jusque là bénéficiaires d’un apport en eau de qualité, bien sûr non traitée, se sont vues le temps d’un décrêt d’application, fournir avec une eau “sécurisée”, au grand dam des administrés. Car s’il n’y avait que le goût... mais il faut prendre en compte tous les sous produits de la désinfection...


Cet article est extrait du numéro 45

Articles sur le même sujet pouvant vous intéresser :

Les eaux dynamisées : option japonnaise
Les eaux vitalisées qui soignent
La vivification de l'eau et la science
Voyage en eaux troubles
Sommaire des numéros parus