Acupuncture et thermographie



Grâce à la thermographie, on peut mesurer des effets énergétiques à distance, de manipulations cutanées, selon des localisations décrites depuis des millénaires par la médecine chinoises.

L’homme est un homéotherme, ou plus précisément endohoméotherme, c’est-à-dire que sa température interne centrale reste stable à 37°C en dépit des variations de la température extérieure et pour cela il existe la thermorégulation permanente. D’autant plus que la chaleur animale est le témoin de l’activité vitale. Notons qu’en temps normal seuls les organes vitaux internes - Cerveau, cœur - sont à la température fort stable de 37°C tandis que les membres aux extrémités périphériques - doigts, orteils, pavillons auriculaires par exemple -sont “ sacrifiés “ en température pour un métabolisme optimisé. Depuis la nuit des temps des médecins acupuncteurs chinois observent ce processus d’échange énergétique (thermorégulation) comme un outil diagnostique sur leurs sujets malades ou non. Par palpations directes (contact direct) sur le patient ou un examen visuel (donc à distance) sur les teint, les couleurs, et d’autres en fonction de la température cutanée de la partie du corps incriminée. Notre hypothèse de travail a été de faire apparaître, par la thermographie, des actions énergétiques dans des zones anatomiquement éloignées, et en cohérence avec les méridiens d’acupuncture .

En effet, les mesures et les stimulations par l’infrarouge sont par excellence sans contact, ni préparations spécifiques des “ Points “ ou des “ Zones “ à traiter. La peau humaine “ rayonne “ au maximum vers 37° C autour de 10 om de longueur d’onde.


Quelques avantages de
la thermographie infrarouge


La thermographie infrarouge dans le domaine médical est indiquée dans tous les cas où les températures de surface sont modifiées ou perturbées par des variations métaboliques ou vasculaires, que ces variations soient d’origine tumorale, nerveuse, inflammatoire ou traumatique. Bien entendu, la thermographie infrarouge, ne permet pas en soi de connaître les causes des perturbations mais seulement de constater les manifestations thermiques. En revanche, il semble que, dans certains cas, les manifestations thermiques même superficielles soient antérieures à l’apparition des anomalies morphologiques décelables par d’autres techniques.


Quelques observations préliminaires
qualitatives


L’échelle de température, donnée par le constructeur de la caméra, est ici à titre indicatif. Une exploitation de l’image en termes de variations de température devrait pouvoir être faite après corrections.

Deux exemples sur animaux de laboratoire Le cobaye est présenté devant la caméra, on visualise sur son dos l’emplacement d’une ancienne tumeur, récemment opérée par une zone “ plus chaude “. Stimulation Second temps : la zone de la racine refroidit au bout de 10 secondes Premier temps : on place une aiguille sur un point du Nerf sciatique. Suivi après stimulation On attend encore 10 secondes, puis on enlève l’aiguille, les 2 zones refroidissent. Pour vérifier cette hypothèse, une étape d’étude préliminaire est entreprise, in vivo en simple aveugle, pour détecter objectivement un point du Méridien de la Vessie d’Acupuncture par visualisation thermographique infrarouge (TIR ou IRT pour infrared thermography) ; alors que des mesures par impédancemétrie sont la méthode scientifique classiquement la plus utilisée en acupuncture médicale.

Nous avons recruté 12 volontaires sains de l’Université Paris XII Val-de-Marne de Créteil, ne connaissant pas l’acupuncture expérimentale pour participer à cette expérimentation scientifique entre Mars et Avril 2003 [5]. Une technique de stimulation spéciale par Acupressure est choisie. En premier lieu, nous avons validé les outils de mesure en TIR sur la réactivité thermique de la peau du corps humain par acupressure. Nous avons commencé à effectuer une expérience de détection des acupoints (AP) de la Vessie du côté gauche sur 12 volontaires.

L’objectif de cette application est de mettre en évidence par thermographie une manifestation thermique suite à une stimulation des points d’acupuncture définis par la médecine traditionnelle chinoise Le traitement acupunctural (stimulation) choisi est “l’acupressure“ : dans ce cas, l’introduction d’une aiguille est remplacée par une pression exercée par le praticien sur un des points de stimulation défini dans l’acupuncture traditionnelle chinoise.

Cet article est extrait du numéro 46

Articles sur le même sujet pouvant vous intéresser :

Les champs morphogenetiques
Comme un poisson dans l'eau
Comment le cerveau apprend à lire et à écrire
Le langage que la médecine doit enfin apprendre
Hyperactivité, un syndrome diafoirien
Qu'est-ce que le dessein inspiré
Légionellose et bioélectronique
Les méthodes globales d'analyse
Mort imminente
La nourriture du corps, langue de l'esprit
Les vivissitudes des colonies bactériennes
Retour à l'accueil du site