Qu'est-ce que le dessein inspiré ?


Un débat secoue actuellement les milieux académiques et jounalistiques. Un certains nombres d'articles de presse récents présentent le mouvement de pensée du Dessein Inspiré ou Intelligent Design en anglais, comme une variante relookée du créationnisme.

C'est un jugement qui manque singulièrement de nuance. Le créationnisme est une théorie qui se veut scientifique et qui se base sur le respect à la lettre des mythes contenus dans les écritures. Au contraire, l'évolutionnisme Darwinien et ses variantes qui rallient actuellement la majorité des avis académiques professent que l'évolution est un phénomène exclusiveent provoqué par des mutations apparues au hasard et sélectionnées par l'élimination des individus les moins adaptés à leur milieu.

Comme toutes les théories, ces façons d’apréhender l’évolution sont réfutables au sens Popérien du terme.(“falsifiable” selon l’angliscisme souvent utilisé). L’évolutionnisme n’est pas une pensée monolithique : encore très récemment, l’hypothèse de l’hérédité des caractères acquis chère à Lamarck était universellement rejetée, mais les généticiens admettent aujourd’hui que les choses sont moins claires. On l’a vu dans l’affaire du Distilbène : des jeunes filles souffrent de malformations génitales et de cancers suite à l’exposition in utéro à un médicament à base d’hormone synthétique (Diéthylsilbestrol ou DES).

Chose étrange, la troisième génération, non exposée au toxique, souffre des mêmes cancers. Il faut admettre que l’hérédité a été modifiée par une voie différente de la voie classique des mutations. La séquence de l’ADN reste inchangée, mais des modifications subtiles changent la façon dont s’exprime le patrimoine génétique. L’étude des méthylations de l’ADN est un domaine très actif à l’heure actuelle, et il est probable que les méthylations ne sont pas les seules modifications épigénétiques et qu’il reste beaucoup à découvrir.

Cet article est extrait du numéro 54

Articles sur le même sujet pouvant vous intéresser :

Acupunctureet thermographie
Les champs morphogenetiques
Comme un poisson dans l'eau
Comment le cerveau apprend à lire et à écrire
Le langage que la médecine doit enfin apprendre
Hyperactivité, un syndrome diafoirien
Légionellose et bioélectronique
Les méthodes globales d'analyse
Mort imminente
La nourriture du corps, langue de l'esprit
Les vivissitudes des colonies bactériennes
Retour à l'accueil du site