Mort imminente :
négligée par les scientifiques,
voire ramenée à des hallucinations...



Les expériences de mort imminente concerneraient tous les milieux socioculturels, tous les âges, les hommes autant que les femmes, et nourrir des croyances religieuses ne prédisposerait pas davantage un individu à être sujet à ce type d’expérience.

L’on distingue deux types d’expériences de mort imminente : les expériences de mort imminente positives et, beaucoup plus rares, les expériences de mort imminente négatives.

Les expériences de mort imminentes positives

Schématiquement, ces expériences se déroulent en cinq stades (stades mis en lumière et décrits par Kenneth Ring) :

Premier stade : la sortie du corps dans l’obscurité (60% des experiencers interrogés). Au cours de ce stade, les experiencers expliquent avoir eu la sensation de quitter leur corps, de s’élever au-dessus de lui, mais aussi, après un certain temps d’adaptation à ce nouveau type d’expérience, avoir été habités par un sentiment de paix, de sérénité, de bien-être et de légèreté.

Deuxième stade : la sortie hors du corps en autoscopie (37% des experiencers interrogés). Au cours de ce stade, les experiencers indiquent avoir été en mesure de voir leur corps à 360 degrés, de même que tout ce qui se passait dans la pièce où ils se trouvaient (des médecins et des infirmières s’affairant près du corps du malheureux si celui-ci était en salle d’opération, par exemple). Egalement, avoir été en mesure d’entendre tout ce qui se disait en leur présence, et de se déplacer où ils le souhaitaient par la seule force de leur pensée, ceci à une vitesse incroyable (il leur suffisait de penser à un endroit particulier pour s’y trouver transportés instantanément).

Troisième stade : l’entrée dans l’obscurité (23% des experiencers interrogés). Au cours de ce stade, les experiencers ont eu la sensation d’être aspirés à grande vitesse au sein d’un tunnel ou d’une spirale qu’ils ont décrits comme obscure. Lors de cette entrée dans ce tunnel ou cette spirale, les experiencers rapportent avoir été étonnés de ne pas avoir ressenti de peur au moment où l’aspiration s’est produite.

Quatrième stade : la vision de la lumière (16% des experiencers interrogés). Au cours de ce stade, les experiencers ont vu une intense lumière qui ne les éblouissait pas mais dégageait une douce chaleur qui les emplissait d’un sentiment de paix et de bien-être.

Cinquième stade : l’entrée dans la lumière (10% des experiencers interrogés). Au cours de ce stade, la lumière, associée à une énergie porteuse d’amour infini, a enveloppé les experiencers qui, ayant été submergés de bien-être à ce moment-là, rapportent avoir désiré demeurer en son sein pour toujours. Ils rapportent, également, avoir eu la sensation, au sein de cette lumière, de comprendre toute chose. Ces stades, bien qu’ils soient communs à une grande proportion de cas d’expériences de mort imminente, ne constitueraient pas, toutefois, les seules types d’expériences vécus par les experiencers.

En effet, certains d’entre eux rapportent avoir vu leur vie défiler à une vitesse inimaginable, et avoir été en mesure, à ce moment-là, de réaliser la portée de chacune de leurs actions sur leur entourage et sur leur environnement. D’autres experiencers rapportent avoir dialogué avec quelqu’un. Certains d’entre eux affirment avoir été en mesure de voir la personne à qui ils s’adressaient (un parent décédé dans la majorité des cas), mais les autres n’ont pu déterminer l’identité de leur interlocuteur. Ceci dit, toutes ces expériences de mort imminentes sont semblables sur un point : quelle que soit la façon dont les expériencers ont “ reçu “ le “ message “, ils auraient tous été contraints de réintégrer leur corps au bout d’un certain laps de temps qui, lui, serait variable d’un experiencer à l’autre.

A l’issue de ces expériences de mort imminente, les experiencers, après une période de questionnement concernant la nature de l’expérience vécue et un temps de réadaptation à leur vie quotidienne (variables d’un sujet à l’autre), expérimenteraient une transformation radicale de leur personnalité. En effet, ceux-ci se découvriraient alors plus altruistes, plus attentifs à ce qui, pour eux, a le plus d’importance dans la vie (amour, temps passé avec le conjoint et les enfants, etc), et ils s’apercevraient, également, qu’ils n’appréhendent plus la mort.


Ils trouveraient, enfin, un sens à donner à leur vie et seraient intimement persuadés de l’existence d’une réalité spirituelle indépendante du dogmatisme religieux. Certains d’entre eux se découvriraient, même, des capacités psychiques (télépathie, télékinésie, clairvoyance, don de guérison, de prédiction, etc.) qu’ils ne possédaient pas auparavant.

Les expériences de mort immiente
négatives ou inversées


Les expériences de mort imminente négatives (terrifiantes dans le pire des cas) ne concernent qu’un pourcentage réduit de cas (5%, selon Kenneth Ring).

Cet article est extrait du numéro 44

Articles sur le même sujet pouvant vous intéresser :

Acupunctureet thermographie
Les champs morphogenetiques
Comme un poisson dans l'eau
Comment le cerveau apprend à lire et à écrire
Le langage que la médecine doit enfin apprendre
Hyperactivité, un syndrome diafoirien
Qu'est-ce que le dessein inspiré
Légionellose et bioélectronique
Les méthodes globales d'analyse
La nourriture du corps, langue de l'esprit
Les vivissitudes des colonies bactériennes
Retour à l'accueil du site