Détection longue distance et dissuasion nucléraire, radars :
les grandes manœuvres



Le dernier sommet du G8 a été marqué par la colère de la Russie concernant l'accord signé entre les USA, la Pologne et la république Tchèque pour l'implantation au cœur de l'Europe de têtes nucléaires et d'un radar dernier cri de détection de missiles balistiques intercontinentaux.


George W. Bush a invoqué la possibilité d'une menace iranienne pour justifier cette implantation. Mais ce n'est qu'un élément du nouveau puzzle géostratégique mis en place par les USA depuis 2001. Retour à la technologie clé du radar longue distance.

Le 13 décembre 2001, nouvelle donne post - 11 septembre oblige - les Etats-Unis notifient leur sortie du traité ABM (Anti Ballistic Missile) de 1972. Le traité avait été signé à l’époque pour limiter la course aux missiles nucléaires intercontinentaux et avait permis d’ouvrir une période que l’on qualifia de détente entre les deux blocs de la Guerre Froide. Se retirant du traité, les USA mettaient ainsi fin à trente années d’équilibre dans la dissuasion nucléaire au nom de la “ guerre contre la terreur “. Ils prenaient également acte de la recomposition de la région Eurasiatique mais surtout s’autorisaient au redéploiement de leurs forces nucléaires et de leurs systèmes de détection. Un an plus tard, le 16 décembre 2002, George W. Bush signa le plan pour de nouveaux systèmes opérationnels de défense NMD (National Missile Defense) à l’horizon 2004, et évoquait déjà l’intérêt porté sur leurs territoires, auprès des délégations polonaises, tchèque et hongroise lors du sommet de l’OTAN de 2002.

La surprise n’était donc pas tout à fait totale pour les experts en dissuasion nucléaire lorsqu’en janvier 2007 les Etats-Unis transmirent la demande officielle d’installation de sites. Malgré les protestations russes “ d’alimenter la course à l’armement “, le 28 mars 2007, la République tchèque donnait son feu vert à l’ouverture de négociations avec les Etats-Unis sur l’installation d’un radar près de Prague.

Cet article est extrait du numéro 54

Articles sur le même sujet pouvant vous intéresser :

Faut-il brûler l'orgone
Sommaire des articles publiés